Formations,  Zodiaque

L’astrologie et les quatre éléments

Représentation des mystères de l'univers dans l'Enchiridion de Byrtferth.
Représentation des mystères de l’univers dans l’Enchiridion de Byrtferth.

Pour mieux comprendre les signes astrologiques et leur signification, il est peut-être intéressant de les aborder par la symbolique des quatre éléments. Ceux-ci, dans les attractions et les répulsions qu’ils ont les uns pour les autres peuvent nous faire comprendre beaucoup de choses à propos des forces en présence dans la symbolique des signes.

Nous savons intuitivement que le feu craint l’eau et que l’air est son ami. Il en est de même dans le fonctionnement du zodiaque et même dans celui des aspects. Nous reviendrons à cette notion à la fin de l’article et, très certainement, dans un futur article sur les aspects. En attendant, voici les quatre éléments dans le zodiaque.

A l’origine, c’est Claude Ptolémée qui, dans le Tétrabiblos, introduit de manière systématique les quatre éléments dans le zodiaque. Mais cette conception est plus ancienne, son ouvrage écrit vers 120 après Jésus-Christ rassemble et synthétise le savoir antique connu alors dans le domaine de l’astrologie. L’astrologique humaniste en reprend les principes.

Comme dans les saisons, dans chacun des éléments, sont représentés par les trois types de signes astrologiques. Par exemple dans la Terre il y a un signe cardinal, le Capricorne, un signe fixe, le Taureau et un signe mutable, la Vierge. Chaque élément a donc un signe qui cherche à accomplir une fonction, pour l’un, de commencement, pour le second, d’ancrage et, pour le troisième, de changement.

FeuBélier, Lion, Sagittaire.Action, leadership, expansion, centrifuge, chaleur, générosité.
TerreCapricorne, Taureau,
Vierge.
Matière, lenteur, corps, réserve de biens, sensations.
AirBalance, Verseau, Gémeaux.Intellect, pensée, relation.
EauCancer, Scorpion, Poissons.Émotions, communauté, groupe, centripète, compassion, communauté organique.

Le Feu

Commençons par cet élément, puisque qu’il représente l’énergie du premier signe, le Bélier. Le Feu en astrologie est un élément dit « centrifuge ». C’est-à-dire qui part de son centre, lui-même, vers l’extérieur. Dans une « explosion » littérale, le feu s’épand avec force et détermination dans la conquête de ses environs immédiats et, de proche en proche, du monde entier.

On parle aussi d’intuition (« in » intérieur et « tuition » savoir en anglais) pour ses signes, car, souvent, ils savent avant quiconque que faire ou vers où aller. Remarquons, au passage que deux des signes des signes de Feu se trouve dans les premiers des douze signes, les signe individuels. Ils sont comme les signes de Terre – mais un peu plus qu’eux – individualistes et dirigent leur énergie vers l’accomplissement de l’identité.

Un autre point commun des signes feux est la recherche du leadership : le Bélier dans sa démarche de libération d’énergie cherche à diriger les force vers l’action, le Lion, signe royal et loyal cherche à illuminer de sa chaleur humaine et le Sagittaire fort de son idéal, cherche à emmener les hommes vers de nouveau horizons.

La Terre

Plus lents et circonspects, les signes de Terre sont animés par l’énergie du concret et de la matière. Tous les trois sont concernés par les réserves de nourriture, de biens et de subsistance. Là où le Taureau parle d’abondance et de sensualité, le Capricorne au creux de l’hiver parle, lui, de dénuement et d’essentialité.

La détermination et la patience sont également des caractéristiques typiques des trois signes de Terre. Lentement et sûrement, la Vierge trie, sélectionne et emmagasine les réserves de nourriture pour l’hiver. A chaque jour suffit sa peine et quotidiennement, méthodiquement elle avance dans son œuvre de purification. Le Capricorne enseigne la patience dans l’attente des promesses du prochain printemps et ainsi transmet la sapience.

Les trois signes de Terre sont également des signes individuels : deux d’entre eux sont dans les six premiers signes du zodiaque, mais ils sont, plus que tous au contact des cycles de la nature. Ils savent tous les trois que chaque chose naîtra un jour, mourra un autre.

L’Air

Tous les hommes et femmes respirent le même Air. Ce qui donne aux signes d’Air une notion de lien invisible entre tous. Premier singe communautaire du zodiaque, le signe des Gémeaux, essaye de relier les diverses choses qui composent l’univers, il les nomme et leur crée un langage qui leur permet communiquer.

Le signe de la Balance est concerné, lui, par l’harmonie, la courtoisie et l’amour entre les êtres. Le Verseau, quant à lui, considère les hommes et femmes à travers le concept d’humanité. Là où la Balance parle d’harmonie, le Verseau parle d’équitable, d’égalité. Attachés à l’intellect, là ou le Feu risque de diviser, les trois signes d’Air sont là pour cherche les points communs.

L’Eau

Basés sur l’émotion, les signes d’Eau sont, au contraire du Feu, centripètes : ils rassemblent, unissent, créent une organisation solidaire et intime entre les êtres. Là ou l’Air parle de relation, l’Eau parle d’intimité, de cohésion ou d’appartenance.

Le trois signes d’Eau sont, à l’instar de la Terre, très proche des cycles, mais du point de vue de la mort. Le Cancer impose la mort de l’individualité pour se font fondre dans l’esprit de famille ou de la tribu. Le scorpion tue l’individualité du Lion pour créer l’Être collectif et les Poissons clôturent le zodiaque pour mourir et se fondre dans l’infini.

Première approche des aspects

Vous l’aurez sans doute compris : les trois signes d’un même élément s’entendent parfaitement bien et forment dans la roue du zodiaque un triangle (ils sont en trigone) qui est un aspect de bonne communication entre deux planètes se trouvant dans un même élément. Les signes réputés pour se détester, comme le Feu et l’Eau sont, eux, en carré (quatre) et, même s’ils ont tous les quatre la même fonction (cardinal, fixe ou mutable), ils ont chacun leur façon différente d’y arriver et se disputent souvent sur les mêmes points. Et il y a aussi des éléments qui s’entendent mieux entre eux comme la Terre et L’Eau ou l’Air et le Feu qui sont en opposition : ils se voient et se reconnaissent, mais doivent chercher entre eux un ressenti ou un langage commun.