Pierre papier ciseaux
Méditations

L’astrologie et le jeu

Le jeu et l’astrologie sont étudiés, dans ce petit divertissement astro-ludique, pour tenter de relier les composantes qui les constituent l’un et l’autre.

Quels sont les signes ou les planètes qui nous parlent de jeux ?

Avant tout, tâchons de comprendre la notion de « jeux ». Celle-ci comporte plusieurs aspects:

  • le défi
  • le risque
  • la simulation et le hasard
  • la rencontre
  • l’évasion
  • l’apprentissage du monde et de l’autre

Le Défi

Mars défie.

D’abord, il y a le défi. A travers le Bélier, c’est Mars qui parle : « Je te défie de me battre à la lutte, au billard, au Monopoly, … ».

Même si tous les jeux ne sont plus basés sur la concurrence, je dirait que Mars entre pour une grande part dans la première motivation qui nous pousse à entrer dans le jeu.

Mars agit déjà dans le fait qu’il va falloir se battre contre une situation donnée, contre un autre joueur, une autre équipe ou même face à un défi à relever ensemble.

Pour relever le défi lancé, le jeu peut même obliger des joueurs à mettre leurs ressources en commun (jeux coopératifs, jeux de rôle,…) ou de s’engager dans une équipe. Là, l’autre signe de Mars entre en jeu : le Scorpion.

Le Risque

Le risque se trouve dans le jeu au niveau des décisions que l’on prend maintenant pour atteindre un but que l’on s’assigne.

Le risque est, à mon sens lié au Lion : le roi lance ses armées de carton face à celles de son ennemi mais n’est pas sûr vaincre. Ce risque que prend le Lion à exposer sa création (dans notre exemple: son armée) à la critique d’autrui, aux aléas de l’existence et a ce que le monde extérieur en fera.

A y réfléchir, même s’il ne s’agit pas de jeux d’argent, le jeu demande quasiment toujours d’investir quelque chose – des pions, des points, des cartes, … – au risque de le perdre pour arriver à ses fins. Ici, le Taureau doit sacrifier une partie de ses avoirs et le Lion prendre le risque de tout perdre.

La Simulation et le hasard

Les dés sont jetés
Les dés sont jetés

Le jeu simule: on fait « comme si… », « on disait que… ». Les papiers du Monopoly imitent l’argent, les pièces du jeu d’échec représentent un royaume, les cartes sont des pouvoirs et les pions d’un jeu de stratégie simulent des soldats.

Ici, nous sommes dans le monde du Verseau qui prend de la distance avec la réalité pour en proposer une autre. A l’aide des « règles du jeu » et de ses lois (n’oublions pas que Saturne est aussi le maître du Verseau), il nous autorise à nous monter consciemment sous une autre identité avec d’autres systèmes de valeurs.

Et, enfin, le Verseau se moque. Il se gause même de nos projets de victoire en simulant la vie et ses incontrôlables aléas avec cette notion auquel le jeu fait très souvent appel: le hasard.

A y réfléchir, le hasard fait souvent partie de tous les jeux. S’il n’est pas de stratégie pure comme les échecs, quel est le jeu où il ne faut pas tirer une carte, tourner une roue ou lancer des dès ? De l’autre côté du Lion, le Verseau représente donc aussi ce hasard. Le Lion doit donc prendre un risque face à l’incertitude moqueuse des aléas de la vie imposé par les dès du malicieux Verseau.

A travers sa moquerie, le Verseau nous enseigne aussi une forme de relativité du jeu: perdre ou gagner, n’a pas d’importance, du moment que l’on aie eu l’ivresse de s’affronter fraternellement. Là, le Lion, au lieu d’investir son ego, devrait écouter son penchant pour les plaisirs et pour le bonheur qu’il trouve à jouer avec les « siens ».

L’évasion

L’évasion est moins évidente. Si le Verseau n’a pas eu le temps de s’exprimer, certains pourraient prendre le jeu très au sérieux et passer à côté de cet aspect d’évasion.

Même si les pièges du royaume imaginaire de Neptune sont dangereux et que la tentation de s’y perdre est grande, les jeux de rôles, les jeux de plateau ou les jeux vidéos conduisent souvent au rêve et aident à fuir la réalité parfois trop lourde.

"La maturité de l’homme,
c’est d’avoir retrouvé le sérieux
qu’il avait au jeu
quand il était enfant."
Friedrich Nietzsche

L’apprentissage, la découverte

Jeu et apprentissage
Pour apprendre, il suffit parfois de jouer.

Le Sagittaire (ou Jupiter) intervient aussi, car il aide à découvrir de nouveaux horizons. Il nous enseigne qu’à travers le jeu, il est possible de rencontrer d’autres personnes, d’autres lieux d’autres joueurs.

Le jeu nous enseigne aussi qu’en prenant le rôle de toute une panoplie de personnages comme le fait l’enfant, nous nous mettons en situation. Nous pouvons ainsi explorer et comprendre les multiples aspects de choses auxquelles nous n’aurions jamais pensé si nous n’y avions pas réfléchi. En jouant à « papa/maman », à la poupée ou à un sport (les « jeux » Olympiques), c’est l’axe Gémeaux/Sagittaire qui nous donne de nombreuses leçons à l’école de la Vie.

Ubuntu